Bienvenue sur Cinexploria !

Cinexploria est une sélection d'extraits de films, qui vous permet de découvrir l'histoire et la géographie du cinéma. C'est votre première visite ? Alors quelques précisions :

- Pour voir les extraits en plein écran, il suffit de cliquer sur l'icône en bas à droite des fenêtres vidéo (pour les smartphones et tablettes, faites apparaître cette barre de contrôles en touchant le bas des vidéos).

- Vous avez aimé un film ? Cliquez sur son titre ! Vous accèderez à sa page, où vous trouverez d'autres informations, une présentation du cinéaste, des catégories pour découvrir d'autres films semblables, et la possibilité de laisser des commentaires.

- Attention, utilisateurs de smartphone : ce site est peu adapté aux connexions 3G ! Pour garantir une bonne qualité d'image, les vidéos sont compressées à haut débit. Sur un téléphone, elles peuvent donc être longues à charger...

- Ce site fonctionne mal sur Internet explorer : préférez l'utilisation d'un autre navigateur.

Si vous avez une question quelconque (éditoriale, technique, légale), passez d'abord voir si elle n'est pas déjà présente dans la Foire aux questions.

Bonne visite !

X Fermer

POSTER violoncelle3

Premier prix de violoncelle • Anonyme / 1907 Anonyme / 1907

Un musicien de rue s’installe entre deux immeubles… (film entier)
Pathé, avec Gaumont, fut l’une des plus imposantes sociétés des débuts du cinéma (en 1904, elle contrôle 30 à 50 % des films projetés dans le monde occidental). Ayant le quasi-monopole auprès du public de foires, elle produit énormément (parfois au détriment de la qualité), et participe très tôt, de par la diversité de son catalogue, à accentuer la découpe des films en “genres” ; elle pratique également une politique d’expansion par ses filiales à l’étranger ; et elle édite enfin les productions du “Film d’art”, qui ouvrent le cinéma à un public plus bourgeois. Certains grands noms des deux premières décennies du cinéma travailleront chez Pathé : Albert Capellani, Ferdinand Zecca, Segundo de Chomón, ou encore Max Linder. La firme sera également célèbre plus tard pour ses actualités cinématographiques (le Pathé Journal, lancé dès 1908, deviendra très populaire dans l’entre-deux-guerre).
France / 0h03 / Imdb / DVD
POSTER portdeladrogue2

Le Port de l’angoisse • Howard Hawks / 1944 Howard Hawks / 1944

En 1942, Harry Morgan, le propriétaire d’un yacht à la Martinique, gagne sa vie en emmenant de riches touristes en mer. Un jour, le patron de l’hôtel où il loge lui demande de l’aider à faire entrer clandestinement dans l’île un chef de la Résistance française…
Howard Hawks (1896-1977) est l’un des cinéastes les plus importants et influents de la période classique Hollywoodienne. Son style direct et essentiel, vitaliste, actif, sans fioriture ni manières, “à hauteur d’homme” comme l’écrivait Rivette, trouve une grande partie de sa source à l’étape du tournage, où Hawks essaie et perfectionne, s’enthousiaste, invente sans cesse avec ses acteurs. Cinéaste de la camaraderie et des personnages de femmes fortes, Hawks s’essaiera à tous les genres, et aura un apport décisif sur la mise en forme du cinéma parlant (échanges vivants, plaisir du jeu dialogué, répliques parfois très rapides).
USA / 1h40 / Imdb / DVD
Titre original : To Have and Have Not
POSTER Rattrap3

Rat Trap • Adoor Gopalakrishnan / 1981 Adoor Gopalakrishnan / 1981

Unni, le dernier héritier masculin d’une famille féodale en décadence, n’accepte pas de s’adapter aux changements de la société. Isolé avec ses sœurs, sombrant dans l’apathie et la paranoïa, il se repose de plus en plus sur la cadette…  [article]
Adoor Gopalakrishnan (1941-) est l’un des réalisateurs les plus reconnus du cinéma de Kerala (région du sud de l’Inde). Venu du théâtre, fortement influencé par les indépendants du cinéma bengali (Satyajit Ray, Ritwik Ghatak…), et dans un style d’une extrême méticulosité, il met en scène des contes cruel où les personnages écrasés de torpeur, pris dans des mécaniques qui les dépassent, s’abîment à la lisière de la folie.
Inde / 2h01 / Imdb / DVD
Titre original : Elippathayam